Pulse


by Moda Domani Institute

Intelligence artificielle : quel avenir pour nos formations ?

La formation sera au cœur des enjeux liés à l’intelligence artificielle (IA) : comment préparer les jeunes générations aux métiers de demain sans qu’elles ne deviennent des « colonies du numérique[1] » ?

Notre cerveau « biologique » va connaître son plus grand challenge dans les décennies à venir : l’arrivée de l’IA, qui entraînera, en cascade, tous les métiers actuels vers une mutation, voire, pour certains d’entre eux, vers une disparition. L’IA agissant comme un véritable « tsunami technologique »[2], comment réinventer un monde où devront cohabiter deux formes d’intelligence ? Comment ne pas subir l’IA, comment éviter les inégalités qu’elle va accentuer entre les différents milieux intellectuels et sociaux ? Quelle doit-être l’ambition future de l’éducation et de la formation dans ce grand bouleversement technologique ?

Une refonte totale des contenus, des processus et des espaces de vie
L’école étant le premier lieu d’expression de notre quotient intellectuel – et habituellement un lieu de réussite mais aussi de compétition, d’inégalités et d’exclusion -, l’arrivée d’une IA universelle agira comme une lame de fond dans l’organisation des enseignements : elle imposera une refonte totale des contenus, des process et des espaces de vie. Être dans un lieu clos aura-t-il par exemple encore du sens ? Avoir des enseignants en mode top down sera-t-il encore pertinent ? Chercher à réduire les inégalités sera-t-il une évidence étant donné qu’avec un implant de processeur dans le cerveau n’importe qui pourra devenir un génie ?
En effet, c’est au cœur même de l’école, de la formation supérieure et continue, à tous les niveaux de l’éducation que se joue notre destin et celui des nouvelles générations qui seront co-acteurs du système homme/IA et pour qui le transhumanisme n’est plus un tabou. L’enseignement doit évoluer, se transformer pour surmonter cette super puissance qu’est l’IA. Un peu à la manière des écoles Montessori qui ont su mettre le « mode projet » au cœur de la pédagogie dès le plus jeune âge. Il faut savoir introduire le digital – les MOOC comme supports de progrès – et compléter la formation par des intervenants de haut niveau sans quoi l’école ne survivra pas. Dans une période de grandes mutations tout autour du globe, c’est uniquement en s’appuyant sur nos savoir-faire, nos repères éthiques et culturels et notre modèle social que nous parviendrons à conserver notre indépendance afin de ne pas devenir une simple « colonie du numérique ».

Nouveaux métiers, nouvelles pédagogies, nouveaux professeurs
Le chantier est bien réel et lancé. Et il s’avère passionnant ! Ceux qui cultiveront une connaissance éclairée, la créativité et un rapport étroit à l’art, se formeront à la transversalité, à l’interdisciplinarité et à l’esprit d’équipe. Ils sauront trouver leur place et créer une complémentarité avec l’IA. Le travail en mode projet, collaboratif et interactif dès les premières années d’école sera primordial : dans ce contexte, il implique de gérer autrement les talents et les égos. Le management des hommes sera primordial.
Depuis quelques années, IONIS Education Group et ses écoles multi-sectorielles en ont fait le cœur de leur pédagogie : priorité aux workshops et aux projets inter-campus pour favoriser la cross-fertilisation des compétences. Avec des enseignants coachs/guides issus du monde professionnel qui stimulent l’ouverture d’esprit et le débat avec les étudiants. Avec, au centre de chaque enseignement, le développement du processus créatif (un commercial dans la mode doit aussi avoir appris les fondamentaux du dessin, du stylisme, des matières), ainsi que l’esprit critique – autant d’atouts pour dominer et affronter l’IA entre autres.

Cultiver la passion, l’innovation et la créativité
Moda Domani Institute, avec sa vocation de Business School agile et novatrice dans les nouveaux mondes du luxe, de la mode et du design fait face à un véritable défi : celui de cultiver la passion, l’innovation et la créativité par-dessus tout. Nos étudiants seront, eux aussi, confrontés à l’arrivée de la robotique, de l’IA dans ces secteurs, en pleine transformation digitale et technologique, qui concerne toute la chaîne de valeurs (voir encadré).

Mais les artistes et créateurs auront toujours un rôle primordial : ce sont les muses irremplaçables de toute société. Au même titre que les grands chefs étoilés dans la gastronomie. Tous ces métiers d’artisanat à forte valeur ajoutée conciliant innovation et savoir-faire manuel seront toujours incarnés par des humains aux cerveaux biologiques vivants, vibrants, empathiques et éclairés.

Mode, luxe et IA : la révolution

Comme d’autres, ces secteurs sont actuellement traversés par une transformation sans précédent. Cette révolution digitale et technologique n’épargne n’aucun maillon de la chaîne : des manufactures qui intègrent la cobotique (collaboration homme-robot) sur certains métiers et savoir-faire, le retail qui se digitalise, la fashion tech qui explose, le design connecté… La révolution est en marche et l’intelligence artificielle a ainsi permis de repenser la relation client, avec l’apparition des chatbots, qui se mettent au service des marques[3]. Ils sont déjà à l’œuvre chez Dior, Burberry, Piguet ou Estée Lauder. Seenk Lab propose ainsi des personal shopper et des assistants intelligents sur-mesure, s’appuyant sur une intelligence artificielle évolutive capable d’indexer des milliers de sources internes et externes. Les point de vente sont aussi concernés offrant une expérience shopping de plus en plus connectée et une expérience toujours plus immersive. Aux États-Unis, l’application Point 93 permet d’informer le client sur les prix en temps réel et permet aux détaillants de proposer une « tarification dynamique », donc une gestion des stocks optimale (et des informations stratégiques sur ses clients). Le bouleversement est tel qu’on pourrait pousser l’anticipation : « Et si demain une grande maison de couture décidait de confier sa direction artistique à une Intelligence Artificielle ?[4]»



Laisser un commentaire