Pulse


by Moda Domani Institute

Retour sur la rencontre avec Vincent Grégoire (Nelly Rodi)

Chères lectrices, Chers Lecteurs,

Comme chaque semaine, nous revenons sur la dernière Rencontre Professionnelle en date par une synthèse écrite réalisé par des étudiants.

Mercredi dernier nous avions l’immense plaisir de recevoir Vincent Grégoire, directeur du pôle Lifestyle de NellyRodi !

VincentGregoire.jpg

Cette rencontre passionante axée métier, curiosité, sociologie et tendance vous est racontée par Maude Montanari, étudiante en 2ème année.

Maude-Montanari.jpg

« Sachez réajuster constamment les paramètres !». C’est le conseil que Vincent Grégoire , en charge du département art de vivre chez Nelly Rodi, est venu donner aux étudiants de Moda Domani Institute lors des Rencontres Professionnelles du mercredi 18 novembre 2015.

Nous vivons une époque révolutionnaire où tout est en train de muter : mode de vie, de pensées, de production, de distribution, de consommation… Un vieux monde s’effondre tandis qu’un nouveau apparaît. C’est ce contexte qui explique l’importance de l’adaptation. En effet, il faut constamment s’adapter ! En 2015, nous sommes passer du « slow » au « fast » et seulement les plus «flex» ont réussi à s’épanouir.

Cette mutation, Vincent Grégoire la vit au quotidien. En effet, « chasseur de tendance » est un métier complexe qui doit sans cesse anticiper les évolutions des modes de vie, des comportements, des attitudes, des envies (vêtements, voyages, nourriture, bien-être, musique, mobilité etc..). Le chasseur doit, par essence, constamment s’adapter à un monde mouvant et en constante évolution.

Par ailleurs, la clientèle (les donneurs d’ordres) a elle aussi évolué. Là où les cabinets de tendances traitaient, il y a quinze ans, avec les départements créatifs de l’entreprise, ils conjuguent désormais avec ses services financiers et marketing. La demande ne plus la même. Les enjeux sont plus pragmatiques : « ce ne sont plus les créatifs qui font la loi mais les équipes de marketing ».

Les marques sont ainsi de plus en plus demandeuses de cahiers de tendances personnalisés car elles sont plus que jamais désorientées et ont du mal à s’adapter : « l’exemple le plus probant étant la panique digitale que connaissent les marques de luxe aujourd’hui ». Le consommateur ne sait pas ce qu’il veut mais il sait ce qu’il ne veut plus, d’où l’importance d’agences telle que Nelly Rodi ! En préparant le travail des industriels, le chasseur de tendances oriente les marques vers leur renouveau continuel. C’est pour cela que Vincent Grégoire insiste sur l’importance de la curiosité dans son métier : « tout à de l’importance et chaque chose en impacts une autre ». Qu’elles se basent sur des signaux faibles ou des signaux forts, les tendances partent toutes d’une intuition ressentie !

Envie d’aller plus loin ? Lisez l’article d’Anna Tai, étudiante en deuxième année et bloggeuse, qui a interviewé notre invité et y a consacré un billet sur son blog personnel.


Laisser un commentaire