Pulse


by Moda Domani Institute

Garry Winogrand à Paris !

Garry Winogrand reste un de mes photographes de rue préférés. Je sais qu’il n’aimait pas cette étiquette « photographe de rue » se considérant avant tout comme photographe. Toutefois, force est de constater que la grande majorité de son œuvre reste liée à la street photography.

L’artiste né en 1928 fut sans aucun doute l’un des photographes les plus prolifiques de son temps avec près de 5 millions de photographies répertoriées au cours de sa longue carrière voire même après sa mort. En témoigne la rétrospective mise à l’honneur depuis le 14 octobre dernier au Jeu de Paume.

je n’ai jamais « vraiment » saisi les subtilités du discours de Winogrand s’exprimant sur sa photo ou son métiers. Pourquoi la photographie ne raconte-t-elle pas une histoire ? Pourquoi fallait-il attendre au moins une année avant de développer une pellicule ? Quelle confusion de genre y a-t-il entre émotion et grandes photographies ? Pourtant, malgré cette lacune, je dois bien admettre que le travail de Winogrand m’avait toujours intrigué ! Et pas seulement…

Intrigué, oui, par son ironie naturelle, instinctive mais jamais malveillante. Fasciné par sa capacité à saisir l’air de son temps, assurément. Admiratif de son regard presque politique sur les Etats Unis du 20ème, de la récession aux 30 glorieuses en passant par la guerre du Vietnam ou le Watergate.

Je vous conseille vivement de vivre cette rétrospective, à l’honneur, jusqu’au 08 février 2015. Ne vous laissez pas impressionner par la queue de 100 mètres devant le Jeu de Paume. Elle se dilue assez rapidement.

Voici quelques citations repérées sur les murs du musée.

IMG_7438.JPG

Garry Winogrand : « Le fait de photographier une chose change cette chose […] je photographie pour voir à quoi ressemble une chose lorsqu’elle est photographiée »

Robert Cowley : « Rares sont les photographes et les écrivains qui ont su exprimé de façon aussi poignante le sentiment de ce que nous sommes aujourd’hui : le vide et la folie omniprésente, mais aussi la vitalité, d’une si grande partie de la vie américaine »

IMG_7433.JPG

Diane Arbus : « Garry Winogrand pratique l’ironie de façon instinctive, presque primitive, sans la moindre méchanceté, de façon imperturbable, parfois même enjouée… »

Garry Winogrand : « Le monde n’est pas bien rangé, c’est un cafouillis. Je ne cherche pas à le rendre lisse »


Laisser un commentaire